Actualités

Mars 2014

Novembre 2014

Janvier 2017

Mai 2017

Décembre 2018

Chirurgie du Pied

en Ambulatoire

 

Hallux Valgus et autres...

FH%20HV_edited_edited.png

Technologies

  

Opérer une PTH 

avec les Google-Glass.

Chirurgie moderne

de la hanche

Voie antérieure

mini-invasive et RAAC

Hanche droite.jpg

Resurfaçage de Hanche

 

C'est reparti

Accréditation obtenue

Prothèse de Hanche

en Ambulatoire

à Vannes

  AMBULATOIRE  

Prothèse de Hanche en ambulatoire : 

 

Entrer le matin à la clinique

et sortir le soir en marchant sur sa nouvelle prothèse.

 

Décembre 2018

 

La mise en place d'une prothèse totale de hanche, le plus souvent pour une arthrose, est une intervention lourde qui nécessitait il y a encore une quinzaine d'année une petite semaine d'hospitalisation.

Chez certains patients volontaires souvent jeunes et sportifs, il était possible de raccourcir la durée de l'hospitalisation à un ou 2 jours mais dans un cadre exceptionnel.

L'apparition des protocoles RAAC (Récupération Améliorées Après Chirurgie) a permis d'améliorer le confort des patients opérés de la hanche et de leur permettre de reprendre une marche plus facilement et précocement.

L'avènement de la voie d'abord antérieure mini-invasive de la hanche a accéléré cette récupération en diminuant le traumatisme tissulaire chirurgical et en diminuant le risque de luxation postérieur post-opératoire permettant au patient de reprendre son autonomie avec moins d'appréhension.

La possibilité de réaliser la mise en place d'une prothèse totale de hanche en ambulatoire n'est pas une avancée due à une amélioration technique de la prothèse elle même. Effectivement les implants (pièces) mises en place dans votre hanche sont exactement les même que dans une technique classique. C'est l'amélioration de la technique chirurgicale rigoureuse et la modification du protocole pré-opératoire qui permet cette prouesse.

Nouvelles Technologies: 

 

Opérer une Prothèse Totale de Hanche avec les lunettes Google-Glass.

 

Novembre 2014

 

 

 

Il m'a été donné l'occasion en mai 2014 (avec le concours du Dr Vergotte) de rencontrer l'équipe de A.M.A.Studio Bretagne, start-up rennaise faisant partie du cercle très fermé des 10 entreprises mondiales ayant obtenues l'agrément de Google afin de programmer pour les Google-Glass.

 

L'équipe de A.M.A. (Advanced Medical Application) (Marie-Anne DENIS et Guillaume CHAMPION) m'a ainsi permis d'utiliser les lunettes Google-Glass au bloc opératoire lors d'une intervention de mise en place d'une prothèse totale de hanche.

 

Les lunettes permettent de filmer toute l'intervention, comme si vous étiez dans l'oeil du chirugien, grâce à une caméra située sur le bord latéral droit des lunettes. Un prisme permet de retransmettre en direct l'image filmée, apparaissant alors dans l'angle supérieur droit du champs de vision.

Ce type de lunette permet d'enregistrer des photos et des vidéos. Il est alors possible de retransmettre en direct ces images sur un écran TV situé en dehors du bloc opératoire, voir à de nombreux km de distance par le réseau internet, dans un but principalement de formations médicales.

 

Cet occasion m'a permis de tester en conditions réelle ce type de lunettes connectées. Les images filmées sont de parfaite qualité avec un angle de vision optimal correspondant véritablement à ma vision, ce qui est impossible avec tout autre système de caméra (la caméra GoPro par exemple, même fixée sur la tête, ne permet pas un aussi bon angle).

 

Les images  réalisées ont été montées en film par l'équipe A.M.A. qui ont été diffusées sur Twitter et YouTube.

 

L'objectif de cette première intervention était de se familiariser, en condition réelle, avec les lunettes Google-Glass.

Mais l'objectif réel est à plus long terme, mais là chut, il ne faut pas tout dévoiler...

 
 

Le Pied en Ambulatoire: 

 

La chirurgie de l'Hallux Valgus, du pied et de la cheville

sur une journée d'hospitalisation.

 

mars 2014

 

Depuis une dizaine d’années, la chirurgie du pied et de la cheville a bénéficié d’importantes améliorations, à la fois sur la technique chirurgicale mais aussi et plus particulièrement ces dernières années sur les techniques péri-opératoires, afin d’assurer une simplicité et un confort pour le patient.

 

Depuis mars 2014, une nouvelle technique opératoire contre la douleur post-opératoire me permet d'organiser maintenant la quasi totalité de la chirurgie du pied (notamment l'Hallux Valgus) et de la cheville, en ambulatoire.

 

 

L'hospitalisation se déroule donc sur moins d'une journée.

 

Si l'intervention a lieu le matin, l'entrée à la clinique se fait entre 7h et 8h a jeun, et la sortie a lieu l'après-midi.

 

Si l'intervention est réalisée l'après-midi, dans ce cas l'entrée se fait à midi et la sortie en soirée.

 

 

Sont exclues de ce nouveau protocole les déformations très importantes de tout l’avant pied et les contre-indications habituelles de l’hospitalisation ambulatoire (patient éloigné ou habitant dans les îles, ou vivant seul, ou encore ayant une contre-indication médicale…).

 

 

 

Protocole RRAC: 

 

Récupération Rapide Après Chirurgie

appliquée à la mise en place d'une Prothèse Totale de Hanche.

 

 

 

 

 

La mise en place d’une Prothèse Totale de Hanche (PTH), le plus souvent pour arthrose (coxarthrose), est une intervention devenue fréquente et techniquement standardisée.

 

L’objectif est de retrouver une hanche mobile et indolore, permettant de reprendre dans le confort toutes ses activités, qui sont de plus en plus importantes et diverses chez les retraités d’aujourd’hui…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                  Exemple d'évolution du protocole RRAC appliqué à la PTH.

 

 

 

L’évolution technologique a permis d’obtenir aujourd’hui des implants prothétiques fiables permettant d’envisager une longévité importante des prothèses de hanche.

 

 

Bien évidemment, la qualité de leur mise en place (l'acte chirurgical), est essentielle pour obtenir ce bon résultat.

 

 

Parallèlement le confort péri-opératoire et la rapidité de récupération sont devenus des critères aujourd’hui importants pour les malades.

 

Aussi un nouveau protocole innovant est utilisé par certains chirurgiens orthopédistes, avec une gestion modifiée pré, per et post-opératoire, visant à obtenir une Récupération Rapide Après Chirurgie de la hanche, et portant l’acronyme RRAC (ou encore Fast-Track surgery ou Rapid-Recovery en langue anglaise).

 

Le mot "Rapide" n'est d'ailleurs pas celui à mettre en avant et devrait mieux être remplacé par le mot "Amélioré" (RAAC), car l'objectif n'est pas d'être le premier sur la place de l'église (ce n'est surtout pas une course de vitesse) mais plutôt de permettre au patient de vivre confortablement son intervention et ses suites, qui ne sont plus alors une épreuve.

 

 

 

Ce nouveau protocole dérive des travaux du Professeur Henrik Kehlet réalisés au Danemark vers 1995.

 

 

Celui-ci a recherché à réduire le stress physique et psychique, dans le cadre de la chirurgie du colon, 

par une prise en charge modifiée et pluri-disciplinaire en pré, per et post-opératoire.

 

 

 

Appliqué à la mise en place d'une PTH ce nouveau protocole associe :                                                                Professeur Henrik Kehlet

 

              - une information du malade, afin de le rassurer et le préparer à son intervention,

 

              - une  rééducation préparatoire réalisée chez son kiné, visant à être au top de sa forme physique le jour de l'intervention

 

            - un protocole visant à éviter les anémies post-opératoires source de fatigues, de troubles des fonctions supérieures chez les personnes âgées, de complication cardiovasculaires voire de chutes, par:

                                                - un dépistage pré-opératoire des anémies ( justifiant alors d’une apport en fer pré-opératoire),

                               - et une épargne sanguine, lors de l’intervention chirurgicale, par une récupération des saignements per-opératoires, re-transfusés dès la fin de l’intervention en salle de réveil, après filtration (Cell-saver).

 

           - une technique chirurgicale moderne de mise en place d'une PTH qui utilise:

                                  - une limitation de la voie d'abord (chirurgie mini-invasive). En revanche le choix du type de voie d'abord (antérieure ou postérieure) n'a pas d'importance et n'influence pas la récupération. 

                                        - un protocole antalgique LIA (Local Infiltration Analgesia) par l’injection par le chirurgien en fin d’intervention de produits anesthésiant et anti-inflamatoire dans des zones précises au sein des tissus entourant la prothèse. Ces injections entraînent une analgésie post-opératoire  assurant le confort du patient et permettant par l’absence de douleur une rééducation plus rapide. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l'intervention les suites post-opératoires sont simples et accélérées:

 

             - la mobilisation de la hanche par le patient lui-même est possible le soir même de l’intervention.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            - la reprise de la marche sans cannes, en appui complet, est réalisée dès le 2ème à 3ème jour post-opératoire (J+3).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         La durée d’hospitalisation est diminuée, le patient restant hospitalisé, à sa convenance, quelques jours supplémentaires, le temps de parfaire sa rééducation et d'obtenir une assurance à la marche lui permettant de rentrer à domicile rassuré.

 

 

Il peut ensuite marcher sans cannes chez lui, mais il est encouragé à garder par précaution les cannes pour les promenades en extérieurs afin d’éviter tout faux pas, les premières semaines.

 

 

Ce nouveau protocole utilisé depuis fin 2013, a permis aux patients qui en ont bénéficié de mieux vivre leur intervention, dans le confort, et avec une récupération plus rapide, leur permettant de reprendre plus facilement une vie normale après la mise en place de leur PTH.