Hallux Valgus et Hallux Rigidus

Définition

L’hallux valgus, est une désaxation du gros orteil (hallux) vers le 2ème orteil (en valgus), qui peut devenir douloureuse.

Il est dû à une augmentation de l'angulation du 1er métatarsien, qui élargit le pied et favorise le frottement, dans la chaussure trop étroite. Il touche le plus souvent les femmes. Il est favorisé par l'hérédité familiale, le port de chaussures à talons hauts à bouts étroits.

Cette déformation fréquente de l'avant-pied entraine parfois une déformation du 2ème orteil qui se déforme en griffe.

L'hallux rigidus est dû à une arthrose douloureuse inflammatoire de l'articulation entre le métatarsien et la phalange du gros orteil (articulation métatarso-phalangienne). Il peut être, plus ou moins, associé à une déformation d'hallux valgus.

Capture d’écran 2022-02-16 à 16.55.54.png

Un bilan radiographique est indispensable, et comprend des clichés du pied debout, de face (cliché dorso-plantaire) et de profil.

 

Le traitement médical

En cas d'hallux valgus, il faut adapter le chauffage à la largeur du piedpour éviter le frottement du bord médial du pied contre l'intérieur de la chaussure. Les petits talons ne sont pas interdits, mais il faut les alterner avec des chaussures plates et large.

Attention : ce n'est pas la pointure qui doit être modifiée, mais bien la forme, qui doit être plus large (et souvent moins féminin...)

En cas d'hallux rigidus, le chauffage large est aussi à privilégier, mais en revanche les talons sont à éviter, et il faut opter pour des chaussures avec des semelles rigides (comme des semelles de bois), afin de diminuer la sollicitation de l'articulation métatarso-phalangienne lors du passage du pas. Les chaussures de randonnée larges et rigides sont souvent confortables dans ce cas.

Le plus souvent est associé une infiltration de corticoïdes (diprostène) dans l'articulation métatarso-phalangienne, sous contrôle radiographique, afin de diminuer les poussées inflammatoires.

Lors des poussées inflammatoire de ces 2 pathologies, des médicaments peuvent soulager : paracétamol et anti-inflammatoires non stéroidiens (Kétoprofène).

Le traitement chirurgical

Il n'est indiquée qu'en cas de douleurs, résistantes au traitement médical. En aucun cas, la chirurgie de l'hallux valgus n'est indiquée pour des raisons esthétiques ou préventives.

L'arrêt du tabagisme est indispensable au mois 6 semaines avant l'intervention, car il augmente le risque de nécrose cutané, de fracture, et augment le délai pour obtenir une consolidation osseuse.

L'intervention est pratiquée sous anesthésie loco-régionale : seule la jambe opérée est endormie.

La technique la plus utilisée consiste à réaliser, par une courte incision sur le bord médial de l'hallux, à cheval sur la bosse, plusieurs sections de l'os (ostéotomie), du premier métatarsien et de la première phalange, associées à une libération des tissus rétractés. Les os sont ensuite stabilisés par deux vis et une broche qui sont laissés en place définitivement.

Depuis 2017, j'utilise des vis radio-transparentes en plastique Peek (EXray de SyncroMedical), qui ne se voient pas sur la radio, et ne sonnent pas aux portes de contrôles.

Capture d’écran 2022-02-16 à 16.56.31.png
Synchro_Médical.jpg
Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202021-05
Capture d’écran 2021-05-07 à 09.55.48.jp

Une autre technique consiste à faire des mini-incisions sous contrôle radiographique (technique per-cutanée), pour simplement "raboter" la bosse (Bossectomie per-cutanée), ou bien réaliser, les mêmes corrections.

Capture d’écran 2022-02-16 à 16.58.00.png

Dans le cadre de l'hallux rigidus douloureux, résistant au traitement médical, ou parfois dans les déformation complexes de l'hallux chez les personnes plus âgées, est réalisé un alignement de l'hallux par blocage (arthrodèse) définitif de l'articulation métatarso-phalangienne, par une plaque vissée, pontant l'articulation.

Les suites opératoires sont les mêmes, et l'intervention permet de traiter les douleurs sans entrainer de boiterie.

Capture d’écran 2021-05-07 à 11.14.04.jp

            Arthrodèse hallux rigidus droit                

            Plaque ANCHORAGE Stryker

Sauf cas particulier, il n'est pas recommandé d'opérer les deux pieds en même temps : une période d'un mois, à un an, entre les deux interventions, est conseillée.

Les suites post-opératoires

 

Elles sont simples, et peu douloureuse, grâce à un protocole péri-opératoire antalgique (évitant les douleurs), et surtout grâce au respect des consignes post-opératoires.

Le soir de l'intervention, il faut apporter des béquilles pour sortir de l'hôpital, car la jambe reste endormie par l'anesthésie jusqu'au lendemain et il n'est pas possible de l'utiliser pour marcher.

Le lendemain, l'appui au sol est possible en utilisant la chaussure post-opératoire (Podalux), à garder pendant trois semaines. Pendant cette période, les déplacements doivent être limités aux petites comodités.

Il faut effectivement pendant ces 3 semaines, garder le plus possible le pied surélevé au dessus du genou, afin d'éviter les saignements osseux et la survenue d'hématomes et d'oedèmes douloureux.

Pendant la douche (assise sur chaise en plastique), il faut protéger le pansement pour ne pas le mouiller. Un système type Hydro-protec peut être acheté en pharmacie.

Ce pansement est gardé 2 à 3 semaines en fonction du type d'intervention.

Capture d’écran 2021-05-07 à 10.24.38.pn

En fonction de vos facteurs de risque (pilule, antécédent de phlébite personnel ou familial...) un traitement anticoagulant par piqure quotidienne est prescrit pendant 15 jours, avec surveillance des plaquettes 2 fois par semaine (surveillance du risque rare de thrombopénie immuno-allergique).

La consultation de contrôle avec radio a lieu à 3 semaines.

Ensuite l'appui au sol est réalisé avec une grosse basket, en griffant les orteils au sol mais sans passer sur l'avant du pied en gardant le genou en extension (comme un pirate), car les os opérés ne sont jamais solides avant 2 mois de l'intervention.

A 2 mois, une nouvelle consultation avec radio permet de confirmer la consolidation.

La conduite automobile peut alors être reprise.

L'arrêt de travail dépend de l'activité professionnelle : de 1 à 2 mois.

L'arrêt de sport est de 3 à 4 mois.

Malgré tout, des complications peuvent survenir dans 1 à 5 % des cas (infection, hématome, raideur, fracture, algodystrophie...), surtout favorisées par le non respect des consignes post-opératoires...